Dernière cotation

30 Juin 2022
Base 56 TMP
1,812 € (0,05 €)
> Détails du marché
x

Nombre porcs présentés : 22458
Vendus au classement de 1,796 € à 1,822 €
Moyenne mobile (12 mois) : 1,406 €
Nombre coches vendues : 168
Fourchette de : 1,049 € à 1,056 €
Moyenne : 1,054 € (0,016 € )

1,812 euro (hausse de 1 cent) … Pour la deuxième semaine consécutive, le prix du porc augmente de son maximum de 5 cents ce jeudi 30 juin pour s’établir à 1,812 euro. Le faible niveau des offres explique cette orientation du cours qui se traduit par une chute des poids pour la troisième semaine consécutive. Si la tendance observée en début de semaine se confirme, les poids moyens pourraient passer sous la barre des 94 kilos, niveau le plus bas depuis 4 ans pour cette même semaine. L’activité sur la zone Uniporc Ouest devrait se réduire encore pour avoisiner les 373 000 porcs abattus. Ailleurs en Europe, les offres de porcs sont également faibles mais une demande trop modérée ne permet pas toujours d’activer des hausses de prix comme en Allemagne où le cours officiel a été reconduit malgré un cheptel total au plus bas depuis plus de 30 ans. De plus, le début des congés scolaires et la fermeture des collectivités modifient les circuits de commercialisation. Dans le sud de l’Europe, la saison touristique anime un peu plus la demande tandis que les hautes températures accentuent la faiblesse des offres, déséquilibrant le marché, propice à la hausse des cours.

Fermer les détails

30 Juin 2022

1,812 euro (hausse de 1 cent) … Pour la deuxième semaine consécutive, le prix du porc augmente de son maximum de 5 cents ce jeudi 30 juin pour s’établir à 1,812 euro. Le faible niveau des offres explique cette orientation du cours qui se traduit par une chute des poids pour la troisième semaine consécutive. Si la tendance observée en début de semaine se confirme, les poids moyens pourraient passer sous la barre des 94 kilos, niveau le plus bas depuis 4 ans pour cette même semaine. L’activité sur la zone Uniporc Ouest devrait se réduire encore pour avoisiner les 373 000 porcs abattus. Ailleurs en Europe, les offres de porcs sont également faibles mais une demande trop modérée ne permet pas toujours d’activer des hausses de prix comme en Allemagne où le cours officiel a été reconduit malgré un cheptel total au plus bas depuis plus de 30 ans. De plus, le début des congés scolaires et la fermeture des collectivités modifient les circuits de commercialisation. Dans le sud de l’Europe, la saison touristique anime un peu plus la demande tandis que les hautes températures accentuent la faiblesse des offres, déséquilibrant le marché, propice à la hausse des cours.