Dernière cotation

29 Octobre 2020
Base 56 TMP
1.355 € (-0.003 €)
> Détails du marché
x

Nombre porcs présentés : 25769
Vendus au classement de 1.348 € à 1.359 €
Moyenne mobile (12 mois) : 1.462 €
Nombre coches vendues : 127
Fourchette départ élevage : 0.810 € à 0.824 €
Moyenne départ élevage : 0.817 € (-0.045 € )
Fourchette transportée : 0.813 € à 0.818 €
Moyenne transportée : 0.815 € (-0.038 € )

1,355 euro (baisse de 0,3 cent) ... La baisse du cours de ce dernier jeudi d’octobre est similaire à celle de lundi : - 0,3 cent pour un prix moyen à 1,355 euro. Plus de 25% des porcs n’ont pas reçu d’enchère et ont été affectés aux abattoirs. 290 porcs ont été invendus pour enchères insuffisantes. Ces 6 600 porcs laissés sans enchère traduisent une prudence de la part des abattoirs dans leur approvisionnement face à l’incertitude qui plane sur le commerce national et européen sans omettre le prochain férié qui se profile. L’activité d’abattage se replie légèrement et les poids sont en hausse. Dans les pays du nord de l’Europe, une nouvelle semaine de stabilité des cours se présente même si en Allemagne la situation dans les élevages devient dramatique avec 500 000 porcs environ en report d’abattage faute d’activité suffisante. La perte de débouchés pour les entreprises européennes avec les mesures restrictives mises en place pour lutter contre le développement de la pandémie met la pression sur les cours, plus forte pour le moment dans le sud de l’Europe. Seules, les exportations vers la Chine apportent une bouffée d’air salvatrice puisqu’à fin septembre, les importations chinoises de viandes fraîches et congelées ont explosé de 142%.

Fermer les détails

29 Octobre 2020

1,355 euro (baisse de 0,3 cent) ... La baisse du cours de ce dernier jeudi d’octobre est similaire à celle de lundi : - 0,3 cent pour un prix moyen à 1,355 euro. Plus de 25% des porcs n’ont pas reçu d’enchère et ont été affectés aux abattoirs. 290 porcs ont été invendus pour enchères insuffisantes. Ces 6 600 porcs laissés sans enchère traduisent une prudence de la part des abattoirs dans leur approvisionnement face à l’incertitude qui plane sur le commerce national et européen sans omettre le prochain férié qui se profile. L’activité d’abattage se replie légèrement et les poids sont en hausse. Dans les pays du nord de l’Europe, une nouvelle semaine de stabilité des cours se présente même si en Allemagne la situation dans les élevages devient dramatique avec 500 000 porcs environ en report d’abattage faute d’activité suffisante. La perte de débouchés pour les entreprises européennes avec les mesures restrictives mises en place pour lutter contre le développement de la pandémie met la pression sur les cours, plus forte pour le moment dans le sud de l’Europe. Seules, les exportations vers la Chine apportent une bouffée d’air salvatrice puisqu’à fin septembre, les importations chinoises de viandes fraîches et congelées ont explosé de 142%.